Epitaphe (Giorgio Cesarano)

Epitaffio de Giorgio Cesarano (Milan, 1928-1975) est le troisième et dernier poème de la section Pastorale, publié pour la première fois dans La tartaruga di Jastov (1966) et réédité dans le recueil posthume Romanzi naturali (1980).

 

les autres qui t’aiment et moi

– « c’est bel et bien fini, fini, fini » –

les autres qui t’aiment et puis toi et puis moi

à juste titre féroces à jamais,

 

nous qui toujours nous perdons

en nous apparaissant dans de longs corridors

nous sommes – toi inguérissable

bien de la terre et nous de tant et tant de rien

 

les héros vivants, les âmes du rien –

c’est nous, tous les autres qui t’aiment et puis moi

– « c’en est donc bel et bien fini fini fini » –

 

les défunts de la vie, et puis toi la claire

face, qui nous retient vrais de douleur,

défunts du sort, de cette vie qui est perdue,

 

toute dernière crampe d’un inguérissable amour.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s