Orphisme et tragédie

vierge

 
Depuis qu’elle est apparue, en Grèce, autour du VIe siècle avant J.-C., la doctrine orphique a représenté un puissant élément de rupture avec tout le monde antique. Ce n’est pas tant une question historiographique qu’un problème esthétique et politique : si la tragédie constitue l’un des pivots autour desquels tourne la machine de constitution de la polis, l’orphisme représente une voie résolument alternative à la même polis, revendiquant en son centre le poétique dans toute sa force autonome.
 
 
 
 
 

Orphisme et tragédie
[Gianni Carchia]
Avec un texte de Julien Coupat
Traduit de l'italien par Adrien Fischer
A paraître en novembre 2020