Les limites du langage philosophique

vierge« La philosophie est aussi nécessaire à la connaissance que la carte géographique au voyage : la grande erreur, je le répète, est de croire qu’on voyage en regardant une carte » (René Daumal)

René Daumal nous livre dans ce bref essai une réflexion sur la vocation réelle de la pensée philosophique. Son étymologie « d’amour de la sagesse » nous rappelle qu’elle n’a pas sa fin en elle-même. Comment a-t-elle pu dès lors s’égarer au point de devenir pour la modernité un discours séparé de la vie et autotélique qui tourne à vide? A travers l’étude des premiers textes indo-européens, sanskrits et grecs, René Daumal cherche à retrouver l’usage et le sens d’une pensée qui accompagne et nourrisse véritablement l’existence humaine : « c’est d’ici que part notre pensée, c’est ici qu’elle doit revenir ; mais après quels détours! » Ainsi les textes qu’elles produit ne constituent pas un enseignement doctrinaire ni une vérité révélée. Leur sens n’est pas à chercher en eux-mêmes mais dans le quotidien et le concret qu’il éclaire pour les rejoindre et s’y résoudre. Cet ouvrage, à l’écriture claire et vive, résonne comme un appel à réveiller la philosophie de sa torpeur institutionnelle.

Les limites du langage philosophique suivi de La guerre sainte
[René Daumal] A paraître fin 2017