Mélancolie des groupes

« Une conduite relativement salutaire serait peut-être d’éviter entièrement la question identitaire – ce qui compte est d’exprimer théoriquement ce qu’on est capable d’apprendre des luttes. »

Endnotes

Pourquoi décide-t-on de participer aux activités d’un groupe à vocation « politique » et, qui plus est, « révolutionnaire » ? Que celui-ci soit formel ou informel, chaque groupe fera face à des difficultés et devra surmonter des obstacles qui peuvent lui être fatals et épuiser ses adhérents. Ce texte prend au sérieux ce qui est d’habitude reléguée à l’intime et au personnel. Il dévoile le caractère systématique de certaines déchirures et tente de proposer des réflexions, par l’analyse des cas du « groupe pratique » et du « groupe théorique », sur ce qui fait la « trame » de la vie des collectifs : qu’est-ce qu’une bonne discussion ? Quel rapport l’individu entretient-il avec le collectif ? Quelle relation le groupe qui pense explicitement le dépassement du capitalisme peut-il nouer avec le phénomène du groupe spontané qui prendra en charge ce dépassement ? En croisant histoire de la gauche révolutionnaire, philosophie marxiste et psychanalyse, ce texte ouvre une discussion originale et salutaire.


Endnotes est une revue théorique communiste produit par un groupe de discussion du même nom basé en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

Mélancolie des groupes [Endnotes]
Traduit de l’anglais par Adrien Fischer
ISBN : 9791094512272 – 192 pages – 15,00 €
En librairie le 07/10/2022