La gaie critique. Politique de la libération sexuelle

« Les vrais révolutionnaires, cessant d’être politiciens, deviendront des amants »

Mario Mieli

Le désir homosexuel est partout, présent en chacun de nous : là où il n’est pas manifeste, il est latent. Un projet révolutionnaire global visant la réalisation de la communauté humaine ne peut ignorer l’importance fondamentale du combat gay : en libérant le désir homosexuel, nous contribuons à l’émancipation de cette vie que le système capitaliste tend à anéantir. Mario Mieli, théoricien et révolutionnaire italien, identifie l’oppression de la féminité de chaque être humain comme point de départ à la répression anti-homosexuelle. Composé d’essais sur la politique et l’esthétique, suivis d’entretiens, La gaie critique est une charge de désir contre la norme hétérosexuelle.

Mario Mieli (1952-1983) fut l’un des fondateurs du mouvement de libération homosexuelle Fuori! et devint très vite une figure de référence du militantisme italien pour qui la lutte pour le communisme devait aussi se manifester comme la négation de la Norme hétérosexuelle. Il est l’auteur de Éléments de critique homosexuelle (Epel, 2008).

La gaie critique. Politique de la libération sexuelle [Mario Mieli]
Traduit de l’italien par Laura Maver
ISBN : 9791094512258 – 336 pages – 22,00 €
A paraître le 25/03/2022


EN MARGE DU LIVRE

  • « Homosexualité et refus du travail » par Mario Mieli
    La lutte pour le communisme, aujourd’hui, doit se manifester aussi comme la négation de la Norme hétérosexuelle fondée sur la répression qui est fonctionnelle et conforme à la subsistance de la domination du capital sur l’espèce humaine. Les « perversions », et en particulier l’homosexualité, expriment la rébellion contre l’assujettissement de la sexualité de la part de l’ordre capitaliste-hétérosexuelle-machiste, contre l’asservissement presque total de l’érotisme au « principe de rendement », à la production et à la reproduction.
  • Pour un communisme gay. Variations sur Mario Mieli
    Rien n’est plus étrange que l’hétérosexualité, rien n’est moins compréhensible. On regardera sûrement avec un peu de peine, dans des temps plus libres et plus véridiques, les pauvres hommes qui tant d’années se sont mutilés en pure perte. L’homosexualité n’est pas seulement une pratique sexuelle, c’est avant tout un point de vue partial et orienté qui vise à une compréhension de la totalité : un gay savoir. Il n’est par exemple vraiment pas difficile, depuis un tel point de vue, de voir en tout hétérosexuel une folle férocement refoulée.
  • Entretien avec Massimo Prearo
    Nous avons interrogé Massimo Prearo, chercheur à l’université de Vérone, afin qu’il nous raconte l’historie de ce groupe. C’est à travers la figure de Mario Mieli, dont Massimo Prearo a traduit l’ouvrage principal en 2008, qu’il nous fait explorer ces années-là. Militant homosexuel, « transsexuel » et révolutionnaire, les théories et pratiques politiques de Mieli sont un bol d’air frais pour qui veut sortir du placard de la normalité et penser la question du genre à distance des seules revendications.